navigation

La jeune fille sans visage 7 janvier, 2000

Posté par Xuan VINCENT dans : Merveilleux , ajouter un commentaire

femme au miroir

septembre 2000

« Je vivais seul à Paris, dans le quartier latin. Seul, mais bien accompagné. C’est que je n’ai jamais pu supporter la solitude. C’est pourquoi mes amis, tantôt moqueurs sans doute aussi envieux, me faisaient régulièrement monter sur mes grands chevaux, en évoquant mes dernières conquêtes féminines. « Alors, où en es-tu avec Cécile ? A moins que tu ne sois avec Sophie ou Catherine ? ». Il est vrai que la nature m’a doté d’un physique avantageux, qui plaît à beaucoup de ces dames. J’aime séduire, c’est plus fort que moi. A l’image de mon maître, Matzneff, je profite de mon aura d’écrivain pour attirer autour de moi une nuée de jeunes filles. A la lumière naissante de ces fleurs à peine écloses, j’oublie mes premiers cheveux blancs et puise une éternelle jeunesse. Ecrire, séduire, aimer, tels sont mes credo. »

(…)

 

Les Yeux de Denfert 4 janvier, 2000

Posté par Xuan VINCENT dans : Personnage singulier , ajouter un commentaire

Denfert Rochereau (lion)

août 2000

« Un coup d’œil à droite, puis un autre à gauche. Il est déjà là, fidèle à son poste. Assis en tailleur, attentif à l’agitation du monde qui court devant lui. Les mains posées nonchalamment sur les genoux, le corps immobile. Tel un Bouddha moderne, un air de contentement indicible flotte sur ses lèvres.

Vous l’avez peut-être croisé un jour, sans lui prêter attention. Trop pressé sans doute, ou encore perdu dans les tracas du quotidien, votre regard ne s’est pas attardé sur l’homme assis en tailleur au ras du sol. Lui par contre n’a pas manqué de vous suivre un instant du regard et de vous observer, l’œil amusé. »

(…)

La course à la vie 3 janvier, 2000

Posté par Xuan VINCENT dans : Travail , ajouter un commentaire

bouteille à la mer

août 2000

« « Ami promeneur, qui que tu sois, prête une oreille attentive à l’histoire que je vais te conter. Il y a encore peu de temps, jamais je n’aurais imaginé devoir la confier à l’inconnu, mais aujourd’hui c’est décidé, je la lègue à l’océan. Puisse-t-elle tomber dans de bonnes mains ! Quand tu auras fini de la lire, je te serais reconnaissante de bien vouloir relancer cette bouteille à la mer. Si mon récit t’a touché, n’hésite pas à le détruire et à le remplacer par ton propre récit. » « 

(…)

 

12

poète |
Des mots qui riment, démons... |
Nekogirl world!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecritstoulouse
| Deviens qui tu es
| La balzacienne