navigation

Une journée en Enfer 3 janvier, 2004

Posté par Xuan VINCENT dans : Merveilleux , ajouter un commentaire

diablotin

novembre 2004

« La vie s’écoulait tranquillement. Florent était un adolescent heureux. Ses professeurs à l’école de cirque se réjouissaient de ses progrès rapides et lui conseillaient de persévérer dans le métier de clown. En outre, il avait remarqué récemment une jeune fille, qui souhaitait devenir écuyère. Elle s’appelait Carine et elle lui plaisait bien. Il lui semblait qu’elle avait de la sympathie pour lui mais il n’osait encore lui déclarer sa flamme. Pourtant, il se disait qu’un jour, il saurait bien comment lui parler ! Bref, tout allait bien pour Florent. Enfin, presque ! Il rêvait toujours de devenir clown et il savait à présent que s’il voulait vraiment se lancer dans ce métier, il lui faudrait sans tarder quitter le circuit de l’enseignement classique. Ses professeurs à l’école de cirque lui avaient expliqué qu’il devrait rejoindre une véritable école de cirque où le plus clair de son temps serait consacré au cirque. Le reste de ses journées jusqu’à l’âge de la scolarité obligatoire, il suivrait quelques cours de l’enseignement ordinaire. Ce moment délicat, Florent ne pouvait guère plus à présent l’ajourner. Soit il continuait ses cours hebdomadaires du samedi après-midi et devrait renoncer définitivement à son rêve d’enfant, soit il devrait trouver le courage d’affronter son père et lui faire comprendre sa décision de quitter l’enseignement classique pour apprendre le métier de clown. »

(…)

 

Un coeur pur 1 janvier, 2004

Posté par Xuan VINCENT dans : Personnage singulier , ajouter un commentaire

oiseaux coeur

juillet 2004

« La jeune femme, quelque peu agacée par le ton pressant du vieil homme, prononça ces derniers mots sur un ton qui signifiait que la discussion était close. L’homme passa son chemin, quelque peu dépité mais gardant l’espoir de réussir à mettre la main sur cette photo qui l’avait tant touché. Le roman, qui l’avait pourtant fait vibrer lorsqu’il était encore un adolescent sensible aux traits délicats, très loin de l’homme désabusé qu’il était devenu, était bien fade à côté du cliché qui lui était passé sous le nez. Cette photo, dont la signature au bas du document indiquait la marque d’un photographe qui avait su capter la beauté fascinante de cet adolescent, il fallait qu’il l’obtienne, de gré ou de force ! Elle lui rappelait sa jeunesse perdue, sa beauté qui s’en était allée irrémédiablement. »

(…)

poète |
Des mots qui riment, démons... |
Nekogirl world!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecritstoulouse
| Deviens qui tu es
| La balzacienne