navigation

Vacanze romane (version française) 6 janvier, 2006

Posté par Maya VINCENT dans : Sentimental , ajouter un commentaire

train de nuit

NB : Ce texte a d’abord été écrit en italien. Je l’ai ensuite traduit en français, en coupant toutefois certains passages qui auraient pu gêner la compréhension du texte.

décembre 2006

« (…) Je le dévisageais discrètement depuis un moment. Mais lui ne s’était encore rendu compte de rien. Il semblait perdu dans son monde intérieur. A quoi pouvait penser cet homme ? Il paraissait pris par une obsession ou une passion ; peut-être une passion amoureuse ? Son regard était le plus souvent rapide, balayant l’espace ; plus rarement fixe, perdu dans le vague. Son visage fin, aux yeux bleu pâle, encadré de cheveux châtain clair légèrement bouclés, était à lui seul plaisant à regarder. Sa tenue, composée d’une chemise blanche et d’un pantalon flanelle noir, était d’une sobre élégance. Je lui donnais à peu près mon âge. Il était resté ainsi longtemps, avec cette expression si intense que par moments, bien qu’il ne l’adressât à personne, j’avais dû détourner mon regard. Plus tard, ce jeune homme sortit un carnet ainsi qu’un stylo et se mit à écrire, lentement, obstinément, avec la même fièvre dans les yeux. Un long temps s’écoula pendant lequel Il coucha des mots sans s’arrêter, en barrant fréquemment des passages. Finalement, ma curiosité fut la plus forte. Je décidai de rompre le silence »

(…)

Vacanze romane (version italienne) 5 janvier, 2006

Posté par Maya VINCENT dans : Sentimental , ajouter un commentaire

train de nuit

décembre 2006

NB : Ce texte a d’abord été écrit en italien (je ne pratique plus l’italien depuis des années. Veuillez m’excuser, pour ce qui pratiquent encore cette belle langue, pour les approximations…). Je l’ai ensuite traduit en français, en coupant toutefois certains passages qui auraient pu gêner la compréhension du texte.
« Marina 

 Due giovanni, un ragazzo e una ragazza, parlano nel corridoio (couloir) del treno. Non li vedo più perché mi sono già acccostata da un momento ma li sento bene (je les entends bien). Da quanto tempo parlano ? Non lo so. Mi sembra che sia un’eternità… Vorrei trovare il sonno però curiosamente non mi sento davvero arrabiata (en colère). Al contrario, la mia mente assonnata (ensommeillé) si mette a sognare ed a viaggiare. Se solo potevo avere di nuovo come loro quindici anni ! Ritrovare la freschezza che era a questa epoca encora la mia. Non si conoscevano soltanto qualche ore prima quando sono saliti (montés) come me a Parigi in questo treno pieno di gente. Però, deve essere la magia della giovinezza, si sono parlati subito come se fossero amici da molto tempo (amis de longue date). Ore hanno passato dalla partenza del treno ma non so quando si fermeranno di discutere… » 

(…)

Iouliana 2 janvier, 2006

Posté par Maya VINCENT dans : Conte , ajouter un commentaire

jeune fille dans la forêt

avril 2006
« Il y a bien longtemps de cela, dans l’ancienne Russie des tsars, vivait dans un village proche de la cité de Volvograd une jeune fille nommée Iouliana. Un jour, sa mère, domestique trop pauvre pour assurer la subsistance de ses deux enfants, la plaça comme servante dans une famille noble. Iouliana, alors âgée seulement de dix ans, dut se plier à la demande maternelle pour permettre à son frère aîné de poursuivre ses études. Très jeune, Ivan avait montré des dispositions exceptionnelles pour le dessin et malgré leur pauvreté, ses parents l’encouragèrent à persévérer dans cette voie. Depuis, Ivan était devenu l’espoir de sa famille et l’on rêvait pour lui d’un avenir brillant de peintre. Depuis, les journées de la fillette se passaient tristement, à astiquer les parquets du château où elle était employée. Le dimanche, ses maîtres, un vieux couple de boyards, l’autorisaient à rentrer voir ses parents. »

(…)

 

poète |
Des mots qui riment, démons... |
Nekogirl world!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecritstoulouse
| Deviens qui tu es
| La balzacienne