navigation

Le jardin du bonheur 11 novembre, 2013

Posté par Xuan VINCENT dans : Sentimental , trackback

1

 

Sur un banc d’école, une jeune femme fredonnait une chanson : « Le bonheur est dans le pré, cours-y vite… ». Soudain, un homme s’approcha d’elle et l’interrompit :

-         Excusez-moi, Mademoiselle, connaissez-vous le bonheur ?

 

Surprise, la jeune femme se retourna et, déconcertée par l’air sérieux de l’homme qui se tenait derrière la grille, resta silencieuse.

Sans se démonter, l’inconnu réitéra sa demande, en la regardant dans les yeux : « Connaissez-vous le bonheur, Mademoiselle ? »

-         Pourquoi me posez-vous une telle question ? finit par répondre la jeune femme, l’air courroucé.

-         J’aime beaucoup votre chanson mais vous la chantiez d’un air si peu convaincu que je me suis permis de vous interrompre.

La jeune femme, gênée par le regard de l’inconnu, baissa les yeux et répondit par un faible « Ah…»

-         Vous n’êtes pas heureuse, n’est-ce pas ?

La jeune femme regarda autour d’elle, prête à échapper à ce dérangeant interrogatoire. Mais l’homme la fixait toujours du regard et, sans qu’elle comprenne ce qui lui arrivait, elle ne se sentait pas la force de le prier de s’en aller.

-         Je suis de bonne humeur aujourd’hui et votre chanson m’a donné envie de partager avec vous un secret, reprit l’homme.

La jeune femme lui adressa un regard interrogateur. De l’autre côté du grillage, l’homme était toujours là, l’œil rieur. Bientôt, elle allait devoir prendre le train pour rejoindre son studio.

-         N’ayez crainte, Mademoiselle. Franchissez le portail, je serai heureux de faire quelques pas avec vous.

Passant outre sa réserve habituelle, la jeune femme se résolut à passer de l’autre côté et se retrouva sur le trottoir, à côté de l’homme. Il lui proposa de cheminer sur la rue voisine, à cette heure-là remplie de passants pressés. Peu après, arrivés au niveau d’une banale porte, l’homme l’invita à stopper et à s’asseoir sur un banc voisin. C’est là, expliqua-t-il d’un ton mystérieux, que son histoire avait commencé.

(début de la nouvelle)

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

poète |
Des mots qui riment, démons... |
Nekogirl world!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecritstoulouse
| Deviens qui tu es
| La balzacienne