navigation

Citations

Extraits de mes lectures :

* Christian BOBIN :

On lit comme on aime, on entre en lecture comme on tombe amoureux : par espérance, par impatience.
(Une petite robe de fête)

L’idée d’un chimérique renoncement aux livres.
(Souveraineté du vide – Lettres d’or)

L’écriture, c’est le coeur qui éclate en silence.
(L’épuisement)

L’enfant qui est en train de lire, c’est fini, il ne reviendra plus.
(Souveraineté du vide – Lettres d’or)

Les solitaires aimantent le regard. On ne peut pas ne pas les voir.
(La part manquante)

Les enfants sont comme des marins : où que se portent leurs yeux, partout c’est immense.
(La part manquante)

Quelques mots pleins d’ombre peuvent changer une vie.
(Le Très-bas)

Le souci de soi est une chose qui encombre les vivants.
(Autoportrait au radiateur)

Rien ne sera plus vaste qu’un visage ouvert par l’étonnement d’aimer.
(Prisonnier au berceau)

Est-ce qu’un sourire peut changer le cours d’une vie ? Voilà une bonne
question.
(Geai)

Une once de réel pur suffit, à qui sait voir.
(L’homme du désastre)

Il n’y a pas de saison pour écrire, pas d’heure juste.
(L’homme du désastre)

Cette attention pleine donnée à chacun, c’est le plus grand art.
(Donne-moi quelque chose qui ne meure pas)

Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles.
(Tout le monde est occupé)
* Autres auteurs :

Le rêve est une seconde vie.
(Gérard de Nerval)

Il faut du temps pour devenir jeune.
(Pablo Picasso)

Métier d’auteur, métier d’oseur.
(Beaumarchais)

Ce que tu écris est ce qui te ressemble le mieux.
(proverbe arabe)

Il faut écrire pour soi, c’est ainsi que l’on peut arriver aux autres.
(Eugène Ionesco)

Le rôle de l’écrivain n’est pas de dire ce que nous disons tous,
mais de dire ce que nous sommes incapables de dire.
(Anaïs Nin)

J’observe, je ressens, je réfléchis, j’imagine.
(Helen Keller)

L’imagination est la reine du vrai, et le possible une des provinces du vrai.
(Charles Baudelaire)

L’inspiration, c’est merveilleux quand ça arrive, mais l’écrivain doit développer
une méthode pour le reste du temps…L’attente est vraiment trop longue.
(Leonard Bernstein)

Il faut, avec les mots de tout le monde, écrire comme personne.
(Colette)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

poète |
Des mots qui riment, démons... |
Nekogirl world!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecritstoulouse
| Deviens qui tu es
| La balzacienne