navigation

Monsieur Sognoforte 3 janvier, 2001

Posté par Xuan VINCENT dans : Merveilleux , ajouter un commentaire

médecin (dessin)

août 2001

« Adolescent, j’avais toujours été un grand rêveur. A peine couché, avant même de fermer les yeux, je partais dans de longues rêveries. Je bâtissais des scénarios insensés, je me voyais en grand séducteur, en aventurier, ou bien encore en petit animal curieux de découvrir le monde… Curieusement, à mesure que je m’acheminais vers l’âge adulte, mon besoin en sommeil s’accrût. Cinq ans auparavant, j’avais décroché un poste de commercial et cela m’avait causé quelques problèmes. Plus d’une fois, un client m’avait surpris à mon poste de travail, plongé dans une profonde rêverie… Mon amie, soucieuse de me voir trop souvent au bord de l’assoupissement, me conseilla de consulter un spécialiste du sommeil. Je finis par me décider à consulter le plus proche de mon domicile. »

(…)

Thé en Sologne 2 janvier, 2001

Posté par Xuan VINCENT dans : Personnage singulier , ajouter un commentaire

Bol de thé

Août 2001

« Notre voyage en Sologne touchait à sa fin. Avant de quitter la région, mon ami tenait à me présenter une vieille dame, madame Emery, qu’il voyait tout gamin lors de ses vacances chez « tata Jeanne ». Madame Emery habitait la maison d’en face, dans le petit village de Vernou, en plein coeur de la Sologne. Il la voyait jardiner devant sa maisonnette et ils échangeaient quelques mots. Mais c’était bien la première fois qu’elle l’invitait. Il ne l’avait pas revue depuis la mort de sa tante, dix ans plus tôt. Mon ami se souvenait d’une femme charmante d’une soixantaine d’années. Comme pour beaucoup d’Asiatiques, il était difficile de lui donner un âge. »

(…)

Mon oncle d’Amazonie 1 janvier, 2001

Posté par Xuan VINCENT dans : Personnage singulier , ajouter un commentaire

Indienne d'amazonie

juin 2001

« Allongée confortablement sur la chaise longue de ma terrasse, une insidieuse nostalgie me pousse à interrompre l’écriture de mon roman et à chercher mon tout premier journal intime. Je le trouve sans peine. Il est là comme toujours dans le tiroir de ma table de chevet, petit cahier d’écolier recouvert par une pile de vieilles photos et d’autres souvenirs de mon passé. Très vite, j’oublie la lumière aveuglante du Midi et la chaleur écrasante de cette journée d’été. Je quitte la retraite de mon mas isolé de l’arrière-pays niçois. Je n’ai plus vingt ans et redeviens la gamine parisienne de huit ans qui, un 4 juillet 1989, confiait pour la première fois avec émotion à son journal la plus grande perte de sa vie, la disparition de son oncle adoré. »

1...171819202122

poète |
Des mots qui riment, démons... |
Nekogirl world!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecritstoulouse
| Deviens qui tu es
| La balzacienne